Chefs de gang assassinés: d'autres meurtres à venir?

Josianne
Josianne Desjardins
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les assassinats de vétérans des gangs de rue survenus le 10 août laissent présager que d'autres membres de ces groupes criminalisés pourraient devenir la cible de la mafia au cours des prochains jours, en vue du retour de Vito Rizzuto.

Chénier Dupuy, chef des Bo-Gars et présumé chef des Rouges. (photo: archives)

Du moins, c'est ce que croit la criminologue Maria Mourani. On pourrait donc assister à une augmentation de la violence à l'approche du retour du présumé chef de la mafia montréalaise.

"Ils (les chefs exécutés) faisaient partis du réseau de Joseph Ducarme, qui serait en lien avec le clan Rizzuto. Ce sont les hommes de main de la mafia italienne ", explique la spécialiste.

Chénier Dupuy, chef des Bo-Gars et présumé chef des Rouges, a été exécuté dans le stationnement des Galeries d'Anjou. Son acolyte, Hansley Joseph, a été blessé lors de la fusillade. Quelques heures plus tard, un autre caïd des Rouges, Lamartine Sévère Paul, a été tué par un tireur qui se trouvait derrière l'immeuble où il habitait, à Laval.

Trahisons et pouvoir

Difficile de savoir les véritables motifs qui entourent l'assassinat de ces chefs, s'ils étaient en lien avec le clan Rizzuto. Ont-ils trahi le clan? Sont-ils devenus la cible d'un clan rival?

Celle-ci écarte pour l'instant certaines hypothèses, comme quoi ces règlements de compte auraient été causés par une histoire de guerres internes ou de luttes de territoire.

"Cela peut devenir la conséquence de ce qui s'est passé à l'intérieur de ces gangs, mais c'est plus que ça ", spécifie-t-elle.

"Les gars qui ont été ciblés, ce ne sont pas n'importe lesquels. Ils ne se font pas des guerres inutiles. Ils ont des contacts avec la mafia, les motards ", soutient la spécialiste.

Quoi qu'il en soit, Mme Mourani croit que d'autres répliques envers des membres de gangs pourraient survenir prochainement. "Ce n'est que le début du nettoyage. Comme on dit, c'est le moment de payer pour certains", soutient Mme Mourani.

Les récents règlements de compte pourraient aussi entraîner des conflits à l'intérieur des gangs de rue, à savoir qui remplacera les chefs, averti la criminologue.

Chénier Dupuy et les les Bo-Gars

Chénier Dupuy, alias "Big", a grandi à Montréal-Nord. À partir de l'âge de 15 ans, il a été arrêté pour plusieurs crimes violents. Il a été condamné pour vol qualifié, voies de fait, trafic de drogue, possession d'armes.

Son frère aîné Charles-Yves était considéré par la police comme l'un des membres des Master-B, le premier gang de rue fondé à Montréal-Nord.

Après les Master-B s'est formé le gang des Bo-Gars. Ils sont principalement composés de jeunes d'origine haïtienne. Plusieurs ont fréquenté la polyvalente Henri-Bourassa.

Les Bo-Gars est le gang dominant du clan des Rouges. Ils sont établis à Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies et Saint-Léonard, précise Mme Mourani.

Meurtres, fusillades à la volée, trafic de crack, introductions par effraction, vols qualifiés et proxénétisme font partie de leurs activités.

Lieux géographiques: Montréal-Nord, Laval, Rivière-des-Prairies Saint-Léonard

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Steve
    17 août 2012 - 06:17

    Tout ce qui ce passe entre gang ne me derange pas tant Que vs ne touche pas les citizens innocent

  • Steve
    17 août 2012 - 06:17

    Tout ce qui ce passe entre gang ne me derange pas tant Que vs ne touche pas les citizens innocent