Bob Rae ne veut plus de la chefferie libérale

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Bye Bye Bob

 

Ils l'ont écœuré jusqu'au bout.

Bob Rae s'est offert au Parti libéral en 2006.

Ils ont dit « non merci, on veut Stéphane Dion. »

On a vu ce que ç'a donné.

En 2008 ils ont pipé les dés contre lui pour faire passer son vieil ami Michael Ignatieff à sa place. Rae s'est tassé volontairement.

Un pire résultat.

Après le départ bien mérité d'Ignatieff en 2011, Rae a réussi à s'accrocher à la chefferie « intérimaire » du Parti libéral, mais seulement sous un paquet de conditions ignobles, y compris qu'il n'aurait pas le droit de se présenter à un « vrai » congrès à la chefferie.

Cette semaine, avec pas d'autre candidat en vue avec autant de talent, ni d'expérience pour débarquer Harper ni tasser Mulcair, Rae s'est offert de nouveau comme chef en plein titre.

C'est là que la même vieille gang dans le parti a commencé de nuveau à vouloir imposer des conditions sur lui - y glisser des bâtons dans les roues.

« Ah, c'est ça que vous voulez. » Rae a dû se dire. « Bye-bye les gars. Arrangez-vous. »

C'est Rae qui a eu le mot de la fin.

Lorsque son caucus l'a applaudi à la Chambre des communes mercredi après-midi, Rae a répondu en farce : « Regardez comment ils m'aiment . . . . . maintenant. »

En farce? Je n'en suis pas sûr.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires