Confidence d'une employée de Facebook

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C'est inévitable! À chaque fois qu'une compagnie ou une personne connait pas mal de succès, il y a toujours des gens à l'interne ou dans l'entourage qui tentent d'en tirer profit. Combien de fois a-t-on vu des anciens gardes du corps donner des entrevues pour parler en mal des vedettes qu'ils ont protégées? Depuis quelques jours, on peut mettre la main sur un livre intriguant qui nous dresse un portrait peu flatteur de Mark Zuckerberg et de Facebook. Le livre a été écrit par une ancienne employée. Elle dépeint l'ambiance de travail de Facebook comme étant sexiste et le fondateur du réseau social n'aidait pas la cause.

Katherine Losse a été engagée à Facebook en 2005. Elle est en fait l'employée #51 de l'entreprise. Son travail consistait à l'époque à répondre aux questions des gens. Elle devait par exemple expliquer ce qu'est un poke ou pourquoi on ne peut pas accéder aux profils de ses ex. En 2010, la jeune femme a quitté ses fonctions chez Facebook. Elle a lancé au début du mois le livre The Boy Kings: A Journey Into the Heart of the Social Network. Dans le livre, elle nous explique ses débuts chez Facebook et l'ambiance qui y régnait. On se rapidement compte que tout était loin d'être parfait, surtout pour une femme dans une compagnie qui comptait à l'époque plusieurs hommes. En fait, Katherine Losse était seulement la deuxième femme engagée par l'entreprise. L'autre était une adjointe administrative.

Graffitis sexistes

Dans son livre, elle nous donne quelques exemples qui démontrent l'environnement sexiste dans lequel elle a évolué à ses débuts. À sa première journée comme employée, elle a remarqué plusieurs graffitis qui montraient des femmes à fortes poitrines qui portaient de petits chandails serrés. Losse n'a pas été vraiment troublé par ces images. Elle trouvait ça un peu immature, mais elle n'en a pas fait de cas. Un autre employé lui a même dit que les toiles les plus explicites avaient été déménagées dans la salle de bain des hommes après une plainte.

Bonne fête Mark!

En mai 2006, pour la fête de Mark Zuckerberg, Katherine Losse a reçu un courriel de l'adjointe du fondateur de Facebook pour lui dire que son travail du jour, comme celui des autres femmes du bureau, était de porter un chandail avec la photo de Mark. Les hommes, eux, devaient porter des sandales Adidas comme celles de Zuckerberg.

Un mot de passe pour tous les comptes

Dans son livre, Katherine Losse confirme l'existence, il y a quelques années, d'un mot de passe pour accéder à n'importe quel profil ainsi qu'aux messages de ces comptes. Elle raconte que ce mot de passe était donné assez facilement aux employés qui avaient accès à une application spéciale. Il était cependant d'interdit de prendre en note le message. Heureusement, l'ancienne employée nous avoue que des mesures de sécurité ont ensuite été ajoutées et qu'aujourd'hui il n'existe plus de tel mot de passe. Le tout a été remplacé par un système qui donne accès aux comptes en cas de problème pour un utilisateur.

Peut-on vraiment se fier à toutes les informations contenues dans le livre de Katherine Losse? Il faut certainement en prendre et en laisser. Par contre, avec les différents livres, films et documentaires sur le réseau social, on peut se douter que Facebook ne fonctionne tout simplement pas comme n'importe quelle grande entreprise.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires