Libre-expression

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lorsqu’on m’a demandé d’écrire cette chronique, je me suis demandé si j’allais être à la hauteur. Après tout, je n’ai aucune formation en communication, en lettres ou en journalisme. En offrant la possibilité à une citoyenne de parler de son quartier ou de divers sujets la préoccupant, Le Flambeau souhaitait créer un lien avec la communauté. Ce n’est quand même pas rien.

Suzie Miron (Photo: Patrick Deschamps)

Depuis bientôt deux ans, je vous livre mes états d’âme régulièrement. Je tiens à préciser que j’écris ce billet bénévolement et je l’avoue avec un bonheur non dissimulé. Alors, il est possible parfois que s’y glissent certaines inexactitudes qui méritent certainement que je les éclaircisse ou corrige.

Mon code d'éthique n'est pas régi par un syndicat ou une association. J'essaie tout de même d'être rigoureuse dans mes recherches et j'y vais surtout par intuition. Il arrive que je puise mon inspiration à même d’autres médias qui rapportent souvent des reportages très pertinents, et dont les propos méritent d’être rediffusés.

J'obtiens parfois des compléments d'informations, justement de gens qui comme vous, ont lu ma chronique. Je l'admets, je ne suis pas au fait d'absolument tout ce qui se passe dans Tétreaultville.

Dans ma chronique sur le train de l'est, j'ai parlé du Viabus dont le tracé ne prévoyait pas d'arrêt dans le quartier. http://www.flambeaudelest.com/Chroniques/Suzie-Miron-11003

Une concitoyenne que j'ai croisée m'a alors informée qu'en fait il y avait des arrêts prévus, mais que ce sont plutôt les citoyens vivant face à l'emprise Souligny qui s'opposait à l'exploitation de ce service. Ils avaient assurément de bonnes raisons à cette époque pour manifester autant d'opposition et réussir à faire avorter le projet.

N'empêche qu'il faudra tôt ou tard exploiter cet axe, alors aussi bien travailler en amont pour que le tracé soit à la hauteur de nos attentes. Je souhaite qu'il soit aussi nombreux à se regrouper à y travailler afin d'assurer le succès de cet éventuel prochain projet.

On m’a reproché récemment de mal vérifier mes sources, que j’avais semé le doute dans l’esprit des gens du quartier. Évidemment, le sujet était plutôt chaud et semblait déranger certaines personnes.

http://www.flambeaudelest.com/Chroniques/Suzie-Miron%2C-collaboratrice-citoyenne/2011-12-14/article-2833155/Soins-personnels-ou-securite-publique/1

N’empêche que cette chronique sur les « soins personnels » a déclenché une réaction et sensibilisé un peu plus les citoyens à ouvrir l’œil. Il y a beaucoup à faire au cœur de notre quartier. Si vous avez fréquenté l'artère commerciale Hochelaga récemment vous avez sans doute remarqué qu’il y a de plus de plus de gens qui quémandent de l'argent à la sortie des commerces les plus fréquentés.

Leur raison semblant valable puisqu'ils disent vouloir retourner dans les refuges pour la nuit, la plupart étant situés au centre-ville. Par contre, on peut se douter que cet argent sert fort probablement à autre chose.

Alors voilà, aujourd'hui j'ai voulu clarifier l'objectif de cette chronique et mes sources d'inspiration. S'il s'en trouve pour questionner mon travail, je souhaiterais un peu d'indulgence de leur part.

Quant à moi, j'assumerai mes propos et me rétracterai lorsque cela s'avérera nécessaire. Mais tant et aussi longtemps que Le Flambeau me donnera la possibilité de vous écrire, je ne bouderai certainement pas mon plaisir.

Suzie Miron

Lieux géographiques: Souligny, Hochelaga

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Murielle Beauchamp
    22 février 2012 - 11:19

    Bonjour Mlle Miron, Félicitation pour votre chronique, votre franchise est rafraîchissante et votre approche nous offre un angle nouveau, ce qui vous démarquera. Mais venons en à ce qui me pousse à communiquer avec vous. Je voulais savoir quelle sera la teneur de vos sujets de chroniques, et j'ose demander: feriez-vous des critiques de livre, si on vous en envoyait? Très cordialement, Murielle Beauchamp