Un programme de mammographies gratuites

Simon
Simon Bousquet-Richard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Mesdames, à quand remonte votre dernière mammographie? Si la réponse est plus de deux ans, vous êtes en retard!

Info Mammo Montréal

Pour plus d’information ou pour recevoir la lettre donnant accès gratuitement au programme, contacter le 514 528-2424.

Pour contacter directement l’infirmière attitrer au programme pour le CSSS de la Pointe, contacter le 514 642-4050, poste 282.

Mais vous n’êtes pas la seule. En 2008, seulement 48 % des femmes de 50 à 69 ans qui résident dans l’Est avaient participé au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS). Cela explique peut-être que l’incidence des cancers est plus élevée sur le territoire du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Pointe-de-l’Île que la moyenne montréalaise.

Une lettre qui sauve des vies

Avec le programme « La femme au cœur d’une approche de réseau intégré de services en prévention du cancer du sein », le CSSS veut s’attaquer à ce problème. La campagne semble porter ses fruits puisqu’en 2011, le nombre de femmes ayant participé au programme avait passé la barre du 50 %. Mais beaucoup de chemin doit encore être parcouru pour que le CSSS atteigne son objectif de 58 % des femmes pour 2015.

La raison pour laquelle le CSSS incite les femmes à faire des examens préventifs est que « plus le cancer est détecté et traité tôt, plus les chances de survie sont grandes, et plus les traitements sont faciles à supporter », explique la conseillère en prévention et promotion de la santé du CSSS, Nathalie Rochon.

Pour sensibiliser les femmes à l’importance de subir une mammographie, le premier outil utilisé est une lettre envoyée au domicile de chaque femme de 50 ans et plus. Les femmes n’ont alors qu’à prendre un rendez-vous chez un médecin pour subir une mammographie gratuite.

Celles qui auraient égaré leur lettre peuvent faire une demande et recevront à nouveau la lettre. Celles qui n’ont pas atteint la cinquantaine, mais qui voudraient tout de même participer au programme de dépistage doivent aller consulter un médecin pour obtenir une ordonnance. Elles pourront ensuite faire une demande pour recevoir la lettre.

Alors qu’une mammographie coûte une centaine de dollars, « pour celles qui ont la lettre en leur possession, le programme est gratuit. Celles qui n’ont pas de médecin de famille s’en feront attitrer un par le programme », explique la porte-parole du programme, Guylaine Dion. D'ailleurs, l’agente sociocommunautaire du SPVM, qui est en rémission d’un cancer du sein, insiste sur l’importance de retourner voir le même médecin pour chaque séance de dépistage. Selon elle, cela permettrait une meilleure détection des cancers.

« »

« Ce ne sont pas que les femmes que nous voulons sensibiliser. Nous voulons aussi dire aux hommes qu’ils doivent rappeler aux femmes qu’ils aiment d’aller se faire examiner », affirme Mme Dion.

Des rencontres style tupperware

Parmi les activités pour sensibiliser les femmes, des rencontres café et brioches sont organisées en collaboration avec les organismes locaux. « Les organismes du secteur sont nos alliés pour rejoindre les femmes », assure Mme Rochon.

Mais ces rencontres animées par une infirmière ne se limitent pas qu’aux organismes. « Si un groupe de femmes veut organiser une soirée chez eux, ils peuvent contacter l’infirmière », ajoute Mme Rochon.

Pour rejoindre l’ensemble de la population, ces échanges sont adaptés aux spécificités culturelles. « Nous avons quelqu’un qui parle créole, italien et espagnol. [Nos interventions] sont adaptées aux particularités culturelles des groupes », précise Mme Rochon.

Lors de ces rencontres, les femmes apprendront notamment comment palper leurs seins, quelle pression exercer, etc. À l’aide de photos, l’infirmière aidera les femmes à démystifier la séance de dépistage. « On leur montre la machine parce que plusieurs femmes sont stressées par la séance de dépistage », raconte Mme Rochon.

« L’objectif du projet est que les femmes se prennent en main et connaissent le PQDCS », expose Mme Rochon. Les organisateurs croient que ce type de rencontres permettra d’enlever les craintes que les femmes éprouvent à aller subir une mammographie.

Café rencontre

Le CSSS de la Pointe-de-l'Île organise un café-rencontre sur la prévention du cancer du sein avec Guylaine Dion, au CLSC Pointe-aux-Trembles (13926, Notre-Dame), le 24 octobre, de 8 h à 12 h.

Organisations: CSSS de la Pointe-de-l', Groupe de femmes

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires